Retour à la page portail
Etablissement climatique en pneumo allérgologie de 1 à 16 ans
Retour à la page d'accueil
Accédez à la fiche de préadmission

   Pathologies

LES TESTS ALLERGOLOGIQUES

LES TESTS ALLERGOLOGIQUES : pricks tests, dosage des IgE spécifiques, patch tests
 
 
Si votre enfant a des problèmes de rhinite persistante, de conjonctivites, de la toux ou de l’asthme, de l’eczéma… ; ou encore s’il présente des symptômes pouvant évoquer une allergie alimentaire immédiate (urticaire aiguë après un repas…) ou retardée, il vous sera peut-être proposé de réaliser des tests allergologiques.
 
Pour rechercher une allergie dite immédiate, on peut effectuer soit des pricks tests, soit un bilan sanguin :
·          Les pricks tests : cet examen consiste en pratique à déposer sur la peau (habituellement sur l’avant bras) des petites gouttes distinctes de produits contenant des allergènes précis, puis à faire pénétrer l’allergène en appuyant doucement avec un petit bâtonnet un peu pointu (ce geste peut picoter très discrètement mais n’est pas douloureux). Si quelques minutes après, un petit bouton de taille significative apparaît, le prick test est considéré comme étant positif.
 
 
·          Le dosage des Immunoglobulines de type E  dans le sang : les IgE sont schématiquement les anticorps qui sont développés par l’organisme en cas d’allergie, dirigés contre un allergène précis. Leur présence dans le sang signe donc la sensibilisation de l’individu à un allergène précis.
 
Prick test et dosage d’IgE ont en réalité le même objectif : rechercher la présence d’IgE dirigées contre des allergènes précis, soit indirectement par le biais d’une réaction cutanée (prick test) soit directement (dosage dans le sang). Il n’est donc pas forcément nécessaire de faire les deux.
 
L’avantage des prick tests est que l’on peut tester autant d’allergènes que l’on veut, et que le résultat est lu au bout de quelques minutes seulement. Mais il faut avoir stoppé notamment tout anti histaminique au moins 8 à 10j avant (voire même jusqu’à 5 semaines avant pour le Zaditen) pour que la peau soit bien réactive. Parfois, même sans traitement en cours, la peau peut ne peut être réactive ; les tests resteront donc négatifs et seront ininterprétables.
L’avantage de la prise de sang est qu’elle peut être effectuée et valable même sous traitement anti histaminique, et qu’elle a par ailleurs un intérêt quantitatif (intéressant surtout pour surveiller l’évolution des allergies alimentaires). Mais il s’agit d’une « piqûre » et elle est à ce titre parfois peu appréciée des enfants ! De plus, le nombre d’allergènes étudiés est limité (le remboursement par la Sécurité Sociale n’est autorisé que pour 5 allergènes respiratoires et 5 allergènes alimentaires, par prélèvement).
 
Les allergènes recherchés seront choisis par le médecin allergologue en fonction des symptômes présentés par l’enfant, de leur période de survenue, de l’âge de l’enfant, de son environnement, de son stade de diversification alimentaire etc…
 
Attention, un prick test positif ou un dosage d’IgE positif ne signifie pas forcément que la personne est « allergique ». On parle de « sensibilisation ».
Pour diagnostiquer une allergie, il faut que l’individu soit sensibilisé (prick test et/ou dosage d’IgE +) ET qu’il présente des symptômes compatibles et pertinents avec l’allergène identifié. En cas de simple sensibilisation et en l’absence d’allergie vraie, aucun traitement ni aucune mesure ne sont nécessaire. En cas d’allergie, la première mesure à appliquer sera l’éviction autant que faire se peut, de l’allergène en cause.
 
L’exploration d’une allergie retardée – ou allergie dite « non IgE médiée » - (eczéma, signes digestifs chroniques…) se fait par la réalisation de patch tests.
Les patch tests consistent à déposer sur le dos de l’enfant des petits papiers buvard imprégnés d’allergènes spécifiques (soit des allergènes alimentaires, soit des allergènes impliqués dans des allergies de contact comme les parfums, les parabens, les métaux etc), fixés à l’aide de sparadraps. Ces petites pastilles buvard imprégnées d’allergènes doivent rester en place 48h, et la lecture se fait 24h après leur retrait (soit 72h après le début du test). Là, encore, il faut éviter les traitement antihistaminiques durant la période de test et la semaine qui les précède.
 
 
Les tests allergologiques sont valables quelque soit l’âge de l’enfant. Ainsi, un nouveau né allergique aux protéines du lait de vache peut très bien avoir un prick test ou un patch test au lait de vache positif dès son premier mois de vie ! Mais les allergies peuvent apparaître plus tard dans la vie ; c’est pourquoi un test initialement négatif peut se positiver secondairement.
Ainsi, en fonction de l’évolution médicale de l’enfant, on peut être amené à renouveler les tests.
 
 
Dr Karine MORELLE
Pneumopédiatre









LES TOUT-PETITS
3 Promenade de la Grange - 66760 Bourg-Madame / Tél. 33 (0)4 68 04 50 59 - Fax. 33 (0)4 68 04 54 72
Cliquez ici pour nous contacter par email